Recevez les actualités onStEPs !

Envie de rester informé sur le sport, le bien-être, la santé et les mises à jour de l'application ?


Recevez nos actualités par mail :

S'inscrire
Vous êtes maintenant inscrit à la newsletter onStEPs
21.06.2019- temps de lecture : 5min

Le phénomène d’Uhthoff et la SEP : comment éviter la surchauffe ?

Retour au Mag ×

Le phénomène d’Uhthoff vous connaissez ? Pourtant il est présent chez 60 à 80 % des personnes atteintes de Sclérose En Plaques (SEP)...1,2 Ce phénomène correspond à une aggravation transitoire (moins de 24 h) des symptômes de la SEP à cause de la chaleur. Si son mécanisme n’est pas encore parfaitement compris, il est néanmoins possible d’éviter facilement les effets gênants liés à la chaleur : voici quelques conseils pratiques pour gérer au mieux le phénomène d’Uhthoff !

Qu’est-ce que le phénomène d’Uhthoff ? 1-3

Décrit en 1890 par un ophtalmologiste allemand, Wilhelm Uhthoff, ce phénomène correspond à une vision floue, transitoire, déclenchée par une augmentation de la température chez les personnes atteintes de SEP… ce qui peut être le cas lors d’un exercice physique, mais pas seulement !
En effet, d’autres facteurs déclenchants ont été identifiés comme la prise de douche ou de bain chauds, l’exposition au soleil, le sauna, le cycle menstruel, le stress psychologique, la fièvre et les infections, voire même les repas chauds et fumer des cigarettes…
Les effets des modifications de température sont variables en fonction des patients mais peuvent avoir un retentissement important dans votre vie quotidienne : difficultés pour marcher, courir, conduire ou écrire, troubles de la mémoire ou de la vitesse de traitement de l’information.

Le phénomène d’Uhthoff : comment ça marche ? 1,2

Le mécanisme de ce phénomène est encore mal connu mais il est probablement lié à la démyélinisation* de la fibre nerveuse qui induit un ralentissement de la conduction du message nerveux. L’une des hypothèses avancées à l’heure actuelle est que l’augmentation de la température (et + 0,5 °C peut suffire !) entraîne d’une part, la fermeture des canaux sodiques (Na+) qui possèdent des récepteurs thermo-sensibles et d’autre part, l’ouverture excessive des canaux potassiques (K+) : on appelle cela une hyperpolarisation qui a pour conséquence un blocage de la conduction nerveuse. En d’autres termes, le courant ne passe plus (ou mal) ce qui limite par exemple la commande motrice.
Bon… pour vous, le phénomène d’Uhthoff c’est peut-être encore du chinois ! En revanche, ce qui est simple, ce sont les mesures à mettre en place pour l’éviter ou l’atténuer lorsqu’il survient.

Prévenir le phénomène d’Uhthoff et éviter la surchauffe ! 1,2

Tout d’abord, l’un des principes fondamentaux dans la prévention du phénomène d’Uhthoff est de bien connaître les facteurs pouvant entraîner une élévation de la température corporelle (et son impact sur le fonctionnement neurologique). Pour cela, il est donc préférable d’éviter :

  • de prendre des douches et des bains trop chauds ;
  • d’aller au sauna ;
  • de s’exposer au soleil lorsque la température extérieure est supérieure à 30 °C ;
  • l’hydrothérapie avec une eau supérieure à 30 °C ;
  • la radiothérapie à ondes courtes ;
  • et les soins avec application de paraffine.

 

Il n’est pas toujours évident d’éviter la chaleur en été… pourtant quelques mesures simples permettent de prévenir l’apparition du phénomène d’Uhthoff :

  • Choisir des lieux de séjour équipés de l’air conditionné ;
  • Préférer les endroits ombragés ;
  • Porter des vêtements légers, en coton et un chapeau (et les mouiller si nécessaire !) ;
  • Se rafraîchir : en prenant des douches et bains froids, en nageant dans une piscine fraîche ou en ayant de la glace à portée de main ;
  • Modérer son activité physique en faisant du sport soit tôt le matin, soit tard le soir lorsque la température est plus fraîche.

Afin de limiter les effets de la chaleur au cours d’une activité sportive, plusieurs techniques peuvent être testées :

  • Le refroidissement corporel en amont de l’exercice (ou « precooling ») consiste à s’immerger pendant 30 minutes dans de l’eau à 20 °C et ses bienfaits peuvent durer plusieurs heures (en fonction de l’intensité de l’exercice) ;
  • Le refroidissement au cours de l’exercice par le port d’un vêtement rafraichissant (technique plus onéreuse…) ;
  • Allonger les phases de récupération, augmenter le nombre de séries en diminuant le nombre de répétitions, tout cela pour laisser le temps au corps de se refroidir.

Et si malgré tout, le phénomène d’Uhthoff se déclenche… 1

Pas d’inquiétude, il disparaît complètement après des périodes de repos variables allant généralement de quelques minutes à une heure. Dans la mesure où les facteurs à l’origine de l’élévation de la température corporelle sont supprimés (arrêt de l’activité physique par exemple). Néanmoins, pour accélérer le processus de refroidissement du corps, voici quelques stratégies efficaces :

  • Prendre une douche froide ;
  • Appliquer de la glace sur le corps ;
  • Boire des boissons fraîches ;
  • Utiliser des dispositifs de refroidissement locaux ;
  • Porter des vêtements rafraîchissants (veste ou cuissard réfrigérés).

L’aggravation de symptômes de la SEP, en réponse à une élévation de la température du corps, peut affecter les fonctions physiques et cognitives des personnes atteintes de SEP : le phénomène d’Uhthoff peut ainsi interférer avec vos activités de la vie quotidienne. C’est pourquoi, il est important de le connaître et de le reconnaître afin de pouvoir mettre en place une solution rapidement et reprendre une vie normale !

* La démyélinisation est la disparition ou la destruction de la gaine de myéline qui entoure et protège les fibres nerveuses.

1) Panginikkod S, Dulebohn SC. Uhthoff phenomenon. StatPearls [Internet]. Treasure Island (FL): StatPearls Publishing; Last update October 27,2018.
2) Davis SL et al. Thermoregulation in multiple sclerosis. J Appl Physiol (1985). 2010 Nov;109(5):1531–1537.
3) Fromont A et al. Phénomène d’Uhthoff lié à l’effort, isolé, précédant une sclérose en plaques. Revue Neurologique 2010;166:61-65.

FR/NONNI/0119/0001c