Recevez les actualités onStEPs !

Envie de rester informé sur le sport, le bien-être, la santé et les mises à jour de l'application ?


Recevez nos actualités par mail :

S'inscrire
Vous êtes maintenant inscrit à la newsletter onStEPs
24.04.2019- temps de lecture : 6min

SEP ou pas SEP : quels sont les bénéfices du sport sur votre santé ?

Retour au Mag ×

La pratique d’une activité physique régulière a de très nombreux bénéfices, parfois même insoupçonnés. Aujourd’hui, SEP ou pas SEP : les bienfaits du sport ne sont plus à prouver ! En lisant cet article, vous verrez à quel point il est dommage de se priver du plaisir du sport et de ses bénéfices pour l’organisme…

Le sport est bon pour la santé ! 1,2

L’activité physique n’est pas qu’un moyen de perdre du poids ou de développer un corps de rêve : en complément d’une alimentation saine et équilibrée, c’est aussi un allié formidable pour votre bien-être.

Pour commencer, il convient de revenir sur ce que signifie « pratiquer une activité physique régulière ». L’activité physique englobe tous les actes de la vie quotidienne qui entraînent une dépense énergétique : le sport bien sûr, mais également les activités récréatives ou de loisir, les déplacements, les activités professionnelles, les tâches ménagères, le jardinage…

Selon l’Organisation Mondiale de la Santé, un adulte devrait chaque semaine pratiquer au moins :

  • 150 minutes d’activité d’endurance d’intensité modérée ;
  • ou 75 minutes d’activité d’endurance d’intensité soutenue ;
  • ou une combinaison équivalente d’activité d’intensité modérée et soutenue.

Le respect des recommandations actuelles en matière d’activité physique permettrait ainsi de réduire de 30 % le risque de mortalité… ouh là, ça a le mérite d’être clair : « pour vivre longtemps, faites du sport ! ».

Outre le fait de protéger contre l’apparition de certains cancers (comme le cancer du sein, du côlon et de la prostate), l’activité physique possède de très nombreuses vertus et constitue un excellent moyen de se prémunir contre certaines maladies chroniques (diabète, obésité, déminéralisation osseuse, pathologies cardiovasculaires et circulatoires) ou d’agir sur leurs symptômes (arthrose, fibromyalgie, BPCO*). Par exemple, l’augmentation de la masse musculaire contribue à la prévention de l’obésité, en augmentant le métabolisme de base et la sensibilité à l’insuline. Au cours de l’exercice, le muscle consomme du glucose en masse, ce qui a également un effet préventif majeur dans la survenue du diabète de type 2. Par ailleurs, faire de l’exercice physique aura un impact favorable sur la création de votre capital osseux, son maintien ainsi que sur le risque de fracture.

Enfin, faire du sport c’est bon pour le moral ! La pratique d’une activité physique, ne serait-ce que parce qu’elle améliore l’image de soi, réduit le taux d’anxiété et diminue la dépression.

Des effets positifs prouvés sur différentes pathologies 2 :  

Sport et SEP : la fin des idées reçues ? 3,4

A l’annonce d’une sclérose en plaques, près de la moitié des patients se mettent des interdits et arrêtent les activités physiques et sportives de peur de l’aggraver.

De plus, l’activité physique a longtemps été déconseillée dans les maladies neurologiques et en particulier dans la SEP. Pourtant, après avoir décrit pour la première fois la sclérose en plaques à la fin du XIXe siècle, le Pr Jean-Martin Charcot proposait déjà « la réhabilitation par le mouvement » pour la prise en charge des patients.

Après de nombreuses années de fausses croyances, la tendance s’est inversée ces dernières années et de nombreuses études ont démontré les bienfaits du sport dans la SEP.

Le sport dans la SEP : un allié pour le corps… 5,6

L’intérêt du sport dans la sclérose en plaques est double. Tout d’abord l’activité physique est bénéfique pour le corps et vous aidera à lutter contre les symptômes de la SEP : le sport permet d’augmenter la masse musculaire et la force physique, ce qui réduit ainsi l’apparition de faiblesse musculaire. Il favorise également l’équilibre et la coordination, et améliore les capacités pulmonaires et cardiovasculaires. Des séances d’étirements vous permettront de regagner en souplesse si vous présentez une spasticité (c’est-à-dire que vous ressentez une crispation ou une raideur de vos membres). Enfin, en améliorant l’endurance à l’effort, la pratique d’une activité physique régulière peut réduire la fatigue qui est l’un des symptômes les plus fréquents chez les personnes atteintes de SEP. Il ne faut d’ailleurs pas confondre la fatigue liée à la maladie et celle qui est liée à la pratique d’une activité physique, qui elle est normale et réversible.

… et l’esprit 5,6,7

L’activité physique a des bénéfices psychologiques non négligeables : en effet, faire du sport renforce l’estime et la confiance en soi. La pratique d’un sport permet également de maintenir un lien social et de se faire plaisir : savez-vous que cela favorise même la sécrétion d’endorphines ? Les fameuses « happy hormones » ou hormones du bonheur ! Enfin cela vous aidera à mieux connaître votre corps et identifier vos besoins au quotidien.

Pratiquer une activité physique oui… mais adaptée ! 5,6,8

Aucun sport n’est interdit dans la SEP mais il est nécessaire d’adapter votre activité physique à vos capacités. En effet, il est important de respecter son corps, de ne pas le pousser au-delà de ses limites et de savoir s’arrêter à temps : le sport doit avant tout rester un moment de plaisir !

Les activités privilégiées par les patients sont souvent le vélo, la marche et la natation : ce sont en effet des sports qui se pratiquent en endurance et permettent de gérer au mieux les efforts fournis. Or, il s’agit d’un élément important pour ne pas aggraver la sensation de fatigue. Mais d’une façon générale, toutes les disciplines sportives favorisant l’endurance, la coordination, la concentration et l’équilibre conviennent aux personnes atteintes de sclérose en plaques.

Enfin, même si pratiquer une activité physique régulière n’engendre pas de poussée ou de progression de la SEP, il est néanmoins préférable, en cas de poussée, d’arrêter ou d’alléger temporairement votre activité et de consulter votre neurologue, car cette période nécessite soins et repos.

 

En résumé, SEP ou pas SEP : on sait aujourd’hui que le sport est bon pour la santé et pour le moral ! De plus, il est démontré que la pratique d’une activité physique permet d’augmenter la force musculaire et la capacité respiratoire, de favoriser l’équilibre et de diminuer la fatigue chez les personnes atteintes de SEP. Après tout ça si vous n’êtes pas convaincus des bienfaits du sport… Alors : à vos marques, prêts, bougez !

 

*BPCO = Broncho Pneumopathie Chronique Obstructive

 

1. Site de l’OMS : http://www.who.int/fr/news-room/fact-sheets/detail/physical-activity
2. Sesboué B et al. Sport et santé, une nécessaire association. La revue de l’infirmière 2014;63(198):16-19.
3. Guyot MA et al. Specific multidisciplinary consultation: Adapted physical activity and multiple sclerosis. Annals of Physical and Rehabilitation Medicine 2011;54S:e176.
4. Donzé C et al. The practice of sport in multiple sclerosis: update. Current Sports Medicine Reports 2017;16(4):274-279.
5. Activité physique – Pratique sportive dans la SEP, ARSEP 2010.
6. Activité physique et sclérose en plaques, ARSEP 2015.
7. Hawkes CH. Endorphins: the basis of pleasure? Journal of Neurology, Neurosurgery and Psychiatry 1992;55:247-250.
8. Kerdoncuff V et al. Activité physique et sclérose en plaques. Annales de réadaptation et de médecine physique 2006;49:32-36.

 

FR/NONNI/0119/0001